Faire le point

Il faut faire le point de temps à autre, un point c’est tout !

Et si c’est tout, nous comprenons aisément l’intérêt de le faire.

faire le point

Or le point est rond ; pour effectuer le tour de la question, mieux vaut un rond-point qui permet ensuite de choisir sa direction, bien qu’au rond-point les priorités restent floues.

Le point focalise également la concentration, aussi infime soit-il. Il occulte tout le reste. Pour peu qu’on s’y attarde et qu’on augmente drastiquement sa concentration, le réflexe consiste à chercher le centre du point puis le centre de son centre et ceci sans fin (phrase à prononcer rapidement pour une bonne élocution). c’est vertigineux !

D’ailleurs point signifie rien, le vide, le néant, le négatif ; dessiner un point revient à dessiner ses abysses personnels sans fond. Le regarder nous fait glisser en son abîme jusqu’à rendre fou ou pas.

Le point est-il source d’introspection, de méditation ?

Si oui, cela expliquerait sa connotation péjorative lorsqu’il se pare de noir.

Trêve de philosophie de comptoir, clôturons ce point digressif, fermons le point…ou plutôt terminons le propos du point à point nommé en frappant fort à savoir en mettant le point sur la table une bonne fois pour toute.

Dans la pratique quotidienne, faire le point serait préférable le matin tôt au moment où le soleil point lui-même, sans doute l’attraction des semblables.

Au fil du temps, la collection de points obtenus par fidélité optimiserait ainsi les chances d’un cadeau ; on a tout à gagner à faire le point.

En revanche, prendre systématiquement le contrepoint n’augure rien de bon si ce n’est un point de vue fermé soit une forme de cécité.

Laissez-donc poindre vos critiques afin que la discussion reste poignante.

Share Button