Le préservatif au Vatican

Ecritique non protégé

Dans un souci de compréhension et de tolérance, j’ai cherché en vain les raisons d’un refus drastique du préservatif chez l’ecclésiaste vatican, représentant de l’élite chrétienne, porte parole, confident et traducteur d’un Dieu confus sur la question du culte…

En me plongeant dans les manuels d’éducation sexuelle religieux inexistants, je suis opportunément tombé sur une théorie dont je vous livre les secrets enténébrés.

Les divins vœux de chasteté auxquels n’obéissent pas toujours les obsédés du culte sont par essence des vœux pieux comme dirait Rocco.

Leur aboutissement à la sublimation par le truchement de la prière ou des travaux manuels (qui parfois rendent sourds) engendrent souvent, personne n’est parfait, une frustration sexuelle intense, qui provoque à son tour une concentration aiguë de la pensée autour de son centre masculin et son pendant lorsqu’il est inactif.

On pourrait aisément en conclure à ce stade que le pénis serait l’organe directeur de la pensée en lieu et place du chef habituel, la tête !

C’est la sanction connue de l’homme d’église voire sa « pénis capital »…

préservatif au vatican

Or, le Vatican plus qu’ailleurs se soumet aux lois divines, les adore, les révère en développant, comme dans la jungle, un taux d’humilité proche de 90%.

Pour cultiver cette humilité et lutter contre Alzheimer il pratique le rappel à sa condition inférieure inféodée à l’Esprit du souffle en recourant au couvre-chef décliné en mitre, tiare et béret pour les Basques.

Ainsi donc, un chef se couvre !!!

C’est l’idée pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi.

Mais comme la bataille des chefs fait rage au sein du religieux, il ne doit en rester qu’un !

Le pénis ne peut pas prétendument être reconnu chef, c’est évident, alors il est déclassé, on lui retire son couvre-chef à savoir le préservatif ; c’est du reste, ce qu’ils appellent pudiquement et officieusement à Rome, la circoncision chrétienne.

Vous l’aurez compris, il en va de l’avenir du culte, de conserver son statut mystique.

Voilà pourquoi, la Vatican ne reconnaîtra jamais le préservatif…

Une autre ? Si vous en avez le temps…

Share Button

Relativité du temps

Brève très secondaire sur le temps

sablier temps relatif

Le temps serait à priori relatif. Avez-vous remarqué que l’on consacre le temps proportionnellement aux hommes de taille ou à la taille des hommes. Eh oui, on donne du temps aux grands hommes, d’ailleurs on m’a demandé de faire vite…

Si les grands hommes ont du temps devant eux, derrière eux qu’en est-il ?

Etaient-ils grands avant ?

S’ils ne l’étaient pas, comment ont-ils fait pour grandir sans temps ?

Si vous sentez ce que je tente de vous exprimer, vous arriverez à temps en temps voulu ; sinon, il va y avoir des morts, des temps morts, je veux dire. D’ailleurs, certains sont arrivés ici pour tuer le temps, comme si c’était possible !

Bon, on se détend, il est grand temps pour les grands d’antan. D’autant qu’en tant qu’un tantinet temporaires, j’étends vos tempes horaires.

Vous avez l’air complètement à l’ouest, vous avez tort, l’ouest c’est hier alors que demain c’est l’est.

De toute façon, comme disait tante Acule, qui faisait couler beaucoup d’encre à l’époque :

« Patience, le temps fait pas ! »

Dans les anecdotes, j’ai même entendu une femme dire un jour :

« J’ai eu mon temps » certainement, elle s’ignorait.

Bon, il est grand temps de fermer ce débat temps, je dirai donc que finalement ça tend vers Dieu.

Temps’k you !

Une autre ? Vous prendrez bien un ballon ?

Share Button

Pouvoir encadrer ou pas

Dessin hors cadre

Je vous présente Gaster Paul l’escargot, lent à la détente mais vif à l’antenne…

Ce dessin est une ébauche, je ne suis pas vraiment dessinateur sauf à dessein peut-être

gaster paul l'escargot

Un autre ? Bientôt si d’aventure je persévère, en attendant y’a ça

Share Button

Origine du football

L’écritique du ballon rond

S’il est un sport qui suscite l’engouement des foules, c’est bien le football.
Pourquoi tant de succès ?
Quel est le plus de ce sport, son atout majeur, qui en fait une vedette populaire par excellence et un vecteur de passion ? 
Analysons donc le football afin d’en percer les secrets.
Deux camps opposés, deux équipes représentantes d’un territoire et, un objectif :
mettre le ballon dans les buts adverses.
Les joueurs se disputent ainsi le ballon, cet objet rond qui fait figure de point à l’échelle du terrain voire du stade. Ce point doit impérativement, pour assurer la victoire d’un camp, pénétrer la vacuité adverse formée par les buts .
Pour y parvenir, ces mêmes joueurs se renvoient la balle mais un seul finira par déposer le ballon au fond des cages. Prenons du recul et réexaminons la situation :
Une multitude de cellules footballistiques se hâtent vers une vacuité mais une seule pourra y déposer le ballon ; les autres joueurs sont bien là pour l’empêcher et tente la même opération dans l’autre sens.
Cela ne vous rappelle t-il rien ? Allez ! Un petit effort !

origine football

Mais si, la fécondation, bien sur ! Analogiquement s’entend !
C’est comme une guerre de spermatozoïdes cherchant à féconder l’ovule adverse pour ainsi asseoir la suprématie de son territoire.
C’est encore une guerre primitive pour la conquête du milieu et pour l’évolution des espèces, une illustration de la pseudo loi de la nature du plus fort symbolisée socialement par un sport.
Ne nous y trompons pas, l’homme civilisé, dominé et gouverné par ses instincts, tente de les sublimer en rejouant les scènes primordiales de la  colonisation de nouveaux territoires pour imposer son génome, enfin je suppute.
Vous me direz, c’est mieux que la guerre, certes !
C’est néanmoins un proche parent.
Les pulsions animales chez l’homme opèrent toujours de façon sous-jacente, avec, dans le football, un paradigme particulièrement fidèle lui procurant ce succès tant convoité.
Nous retrouvons ce type de schéma dans les autres sports de balle mais moins proche en réalité du processus rival de reproduction animale.

Que dire du golf et de ses dix-huit trous alors ?


Les exemples ne manquent pas !
L’homme ne sait que faire de ses instincts qu’il tente de refouler pour s’afficher  comme maillon fort, aussi a t-il inventé le sport !
Alors ? Enfant de la balle ?
Et puis allez vous faire foot !

Un autre ? Juste pour faire le point …

Share Button
chronique radio

Chronique un peu short

Radio

Chronique radio avec Sébastien Joel et Cébéji

Une autre ? Le mercredi drôle de jour …

Share Button

Faire le point

Ecritique de pointe

Il faut faire le point de temps à autre, un point c’est tout !

Et si c’est tout, nous comprenons aisément l’intérêt de le faire.

Or le point est rond ; pour effectuer le tour de la question, mieux vaut un rond-point qui permet ensuite de choisir sa direction, bien qu’au rond-point les priorités restent floues.

spirale
spirale

Le point focalise également la concentration, aussi infime soit-il. Il occulte tout le reste. Pour peu qu’on s’y attarde et qu’on augmente drastiquement sa concentration, le réflexe consiste à chercher le centre du point puis le centre de son centre et ceci sans fin (phrase à prononcer rapidement pour une bonne élocution). c’est vertigineux !

D’ailleurs point signifie rien, le vide, le néant, le négatif ; dessiner un point revient à dessiner ses abysses personnels sans fond. Le regarder nous fait glisser en son abîme jusqu’à rendre fou ou pas.

Le point est-il source d’introspection, de méditation ?

Si oui, cela expliquerait sa connotation péjorative lorsqu’il se pare de noir.

Trêve de philosophie de comptoir, clôturons ce point digressif, fermons le point… ou plutôt terminons le propos du point à point nommé en frappant fort à savoir en mettant le point sur la table une bonne fois pour toute.

Dans la pratique quotidienne, faire le point serait préférable le matin tôt au moment où le soleil point lui-même, sans doute l’attraction des semblables. Au fil du temps, la collection de points obtenus par fidélité optimiserait ainsi les chances d’un cadeau ; on a tout à gagner à faire le point.

En revanche, prendre systématiquement le contrepoint n’augure rien de bon si ce n’est un point de vue fermé soit une forme de cécité.

Laissez-donc poindre vos critiques afin que la discussion reste poignante.

Une autre ? Une au poil ?

Share Button
appli cebeji

L’application Cébéji

Un vrai couteau suisse

Une application ? Pour quoi faire ?

Réagissant aux défis et titillé par l’opportunité d’en créer une, j’avoue, je n’ai pas résisté longtemps.

Cette application n’est pas une révolution du genre, elle est simple et permet intuitivement de se tenir au courant de mes activités et publications, qu’elles soient de type nouvelles, vidéo, radio, chronique, citation ou encore définition et de les afficher directement sur son smartphone android (pas disponible pour Iphone, sorry, je ne sais pas tout faire).

application Cébéji
application Cébéji

Des notifications vous avertissent dès une nouvelle info, ce n’est pas plus compliqué que cela.

Vous pouvez en outre changer le thème, la personnaliser, régler l’interface. C’est la version 2.0, elle sera mise à jour régulièrement.

Pour l’installer il suffit de télécharger le fichier en cliquant sur le bouton puis de suivre les étapes de l’installation en autorisant les sources inconnues.

Si vous rencontrez des difficultés, les explications sont disponibles sur ce site.

Enjoy !

Share Button

Apéro drôle

Citation apéritive

apéro drôle
“Un apéro d’humoristes est riche d’amuse-gueules”

Une autre ? Toujours pour l’apéro alors…

Share Button

La pilophobie est à la mode

La pilophobie ?

En cherchant un sujet de chronique rasant, je suis tombé pile poil sur le poil. J’ai pris celui que j’ai dans la main, l’ai trempé dans l’encre et me suis mis à écrire. C’est bien connu, l’écrivain dans ses œuvres se met à poil, ce qui le rend chaud et torride mais c’est un autre débat.

Qui pileux le plus, pileux le moins !

Le poil dégoûte, il a une mauvaise réputation, fait sale, les gens s’empressant de le retirer, de l’épiler.

Qu’a-t-il donc de spécial ce poil pour qu’on veuille lui coupe l’herbe sous le pied ?

Le poil est un symbole masculin à priori (érectile, phallique) ; serait-ce que l’homme représente le mal et qu’ainsi on souhaiterait en détruire toute trace ; il représente aussi la bête qui est en nous dont on aurait honte, histoire de ne pas faire le malin.

Du coup, les  poils poussent toujours plus fort pour tenter de prendre l’apparence du cheveu, qui, lui, est bien vu, mais on le rase avant ; c’est injuste !

pilophobie

Le poil est en voie d’extinction ; sur la planète corps, on compte trois réserves protégées bien qu’il y ait parfois du braconnage.

Ces réserves sont, tout d’abord la tête, qui retient les plus grands spécimens à ce jour qui font l’objet d’attentions particulières et soutenues de la part des gardes forestiers qu’on dénomme coiffeurs.

En second lieu, on trouve la zone sous scapulaire, zone qui aisselle du thorax ; c’est une réserve humide avec des espèces de poils plus courts ; comme quoi l’humidité n’est pas propice à leur croissance.

Ces poils là, sont mal vus, puisque cachés mais aussi parce qu’ils ne sont pas en odeur de sainteté et reçoivent en guise de réprimande des pesticides et autres bactéricides odoriférants pour se faire pardonner.

La dernière réserve, quant à elle,  est en zone tropicale humide, en région pubienne ; comme on l’a vu plus haut, la longueur des poils étant inversement proportionnelle  à l’hygrométrie, les poils pubiens sont de loin les plus courts. Ils font néanmoins l’objet d’un dégoût prononcé dans l’opinion pubique, publique je veux dire alors que par ailleurs très frisés… euh… très prisés.

A noter que ces poils sont d’une importance capitale, ce n’est peut-être pas l’adjectif qui convient le mieux, puisque à eux seuls ils sont témoins de toute l’histoire de l’humanité.

Versez donc de l’argent à « Greenpoil » qui s’occupera de leur défense, tout en sachant que l’argent n’a pas d’odeur et que donc, les poils non plus !

Alors cessons d’être rasant envers les poils et poilons-nous à nous les dresser sur la tête et ailleurs !


Un autre ? Avez-vous le droit ?

Share Button

Le droit de vote ?

chronique radio

Radio

Chronique radio humoristique de Cébéji avec Sébastien Joel

Une autre p’tite chronique ? Un peu short ?

Share Button